SAVOIR, PRÉVOIR, ANTICIPER
Au Moyen-Orient, en Afrique,  Asie, Amérique latine

et dans les pays de l'Est
Accès
Abonnés

Rubrique opportunité

 

Le grand souk de l'humanitaire

 

 

Les catastrophes et les crises humanitaires qu’elles engendrent, mais aussi l’absence d’infrastructures, offrent un vaste marché aux producteurs de solutions énergétiques ou de télécommunications décentralisées. C’est l’un des constats qu’on peut faire à l’issue du salon AidEx 2012 qui s’est tenu les 24 et 25 octobre dernier au palais du Heysel, à Bruxelles, à laquelle ont participé plus de 200 exposants.

 

L’événement rassemblait les bailleurs de fonds comme la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) allemande, l’agence suédoise SIDA, le Bureau belge du développement B-Fast et l’agence humanitaire de l’UE, ECHO, ainsi que les ONG et les entreprises. Le tour de forces des organisateurs et des participants est de parvenir à transformer en opportunités la pénurie et les contre-performances (à l’horizon 2015 la plupart des objectifs du millénaire pour le développement ne seront pas atteints). La morale implicite est qu’il faut des solutions innovantes pour affronter l’avenir.

 

L’événement est prétexte à débats avec des décideurs comme la Commissaire européenne à l’aide humanitaire, Kristalina Georgieva, Luk Van Wassenhove, chef du groupe de recherche sur l’humanitaire à l’INSEAD Business School et des représentants de grandes locomotives du monde associatif (Word Vision, MSF). Mais l’essentiel se passe ailleurs, dans les stands. Des sociétés d’une grande diversité de secteurs cherchent en effet à se profiler sur ce nouveau créneau qu’est le marché de l’urgence. C’est le cas de Ford qui a monté un partenariat avec World Vision, dotant cette organisation d’une flotte de 10 véhicules pour mener des interventions d’urgence en Zambie. Avantage : démontrer en situation extrême les performances en endurance de la Ford Ranger et de son système local d’entretien.

 

L’appui institutionnel aux gouvernements et administrations émergeant d’un conflit ou présentant une situation de fragilité aigüe est un autre produit, auquel Crown Agents propose des réponses, vantant par exemple son appui à la réforme et la modernisation de l’administration douanière angolaise qui ont permis de multiplier par 16 les recettes douanières de ce pays, de 215,45 millions de dollars à 3,35 milliards de dollars, entre 2000 et 2011. Crown Agents revendique aussi la relance du secteur de la santé publique au Zimbabwe, dans un environnement difficile, par la prise en charge avec le concours financier du Department for International Development britannique (DfID), à hauteur de 70 millions de $, le système de paiement de 18 000  agents hospitaliers qui étaient restés chez eux parce qu’ils n’étaient plus rémunérés par les établissements qui les avaient embauchés. Cette intervention a permis que le pays puisse faire face à l’épidémie de choléra qui avait emporté 3 000 personnes et puisse par la suite compter sur un service de santé correct.

 

S’agissant d’intervenir dans des situations de crise humanitaire ou de sous-développement, les pourvoyeurs de solutions logistiques entièrement autonomes se sont taillé la part du lion, lors de ce salon AidEX 2012, dont c’était la deuxième édition. Figurait notamment parmi les exposants BAE Systems Energy Solutions Services. Unishelter Ltd du Groupe Infreg est capable de proposer en kit : une clinique, un hôpital communautaire et même tout un complexe hospitalier modulaire, facilement démontable et transportable. Le même groupe comprend une filiale qui propose des batteries portables, des stations d’épuration de l’eau et toute une panoplie, allant jusqu’à des camions de marque Iveco conditionné pour diverses applications.

 

Les pourvoyeurs d’énergie renouvelable en toutes circonstances étaient très nombreux. Parmi eux, Sol-Cooking NV, basée à Welvelgem (Belgique) ou leur concurrent Sunfire Solutions de Johannesbourg, qui proposent l’un et l’autre des cuisinières solaires, consistant en un capteur en forme de parabole en métaux légers composites ou en aluminium, qu’ils ont conçues mais qui sont fabriquées en Chine, dont le coût oscille entre 100 et 150 euros, d’une durée de vie de cinq ans. La PME Sunlite de Mumbai, a remporté un prix pour son invention, une lampe solaire de 38 dollars d’une puissance de 9 à 10 W, qui permet aussi de recharger des téléphones portables. La firme Aidpol de Varsovie s’est bien placée sur le créneau humanitaire, offrant une gamme de produit allant des barres énergisantes, des générateurs solaires de 600W, des pilules pour désinfecter l’eau.

 

La société Ampair de Dorset (Royaume Uni) offre toute la gamme d’engins de production d’énergie renouvelable, (éoliennes, capteurs solaires et hydrauliennes), de puissance variant entre 6 000 W.  Un de ses concurrents en Afrique Australe, est la société Windforce, du Suisse Jerome Rubli qui s’est implantée à Windhoek, en Namibien, qui dispose de l’un des plus grands potentiels éoliens du continent africain. Zero Boundaries, basée à Salt-Lake City, offre des lampes-torche à manivelle, tasses chauffantes, des panneaux solaires et toute une gamme de produits capable d’offrir de l’énergie dans toutes les situations.

 

La firme belge GlobalTT.Com de Louvain-La-Neuve propose un kit pour accéder à internet en n’importe quel endroit du continent africain grâce à des liaisons satellites. Elle a déjà eu comme client l’armée belge, le groupe minier Forrest, actif au Congo-Kinshasa, MSF, etc… MissionPharma (Danemark) propose des kits pour césariennes qui ont été testés au Togo et à Madagascar. Enfin, et ce n’est pas la moindre surprise de ce salon, il a consacré l’entrée sur le marché de l’humanitaire des ONG islamiques, comme MuslimCharity de l’imam Qasim Rashid Ahmad, basée au Londonistan, qui se targue tout particulièrement de venir à l’aide de la minorité musulmane persécutée des Rohingya de Birmanie et cible tout particulièrement ses interventions au Cachemire et au Pakistan.