SAVOIR, PRÉVOIR, ANTICIPER
Au Moyen-Orient, en Afrique,  Asie, Amérique latine

et dans les pays de l'Est
Accès
Abonnés

Octobre 2013 

 

 

AMERIQUE CENTRALE

  

 

Accords commerciaux en série avec l'Europe

 

 

Après l’entrée en vigueur le 1er août  dernier d’un accord commercial avec le Honduras, le Nicaragua et le Panama, un second accord commercial entre l’UE, le Costa Rica et le Salvador est devenu effectif le 1er octobre. Par ailleurs, les procédures permettant sa mise en œuvre provisoire au Guatemala s'achèveront bientôt.

 

Ce partenariat ouvrira de nouveaux marchés et simplifiera les règles, favorisant ainsi les échanges commerciaux et les investissements dans les deux régions, se réjouit la Direction générale du Commerce à la Commission européenne. Selon ses calculs, l’économie de l'Amérique centrale va croître de plus de € 2,5 mds par an une fois que l’accord sera en vigueur dans l’ensemble de la région.  

 

Selon le commissaire européen chargé du commerce, Karel De Gucht, « désormais, il appartient aux entreprises de l'UE et des pays d'Amérique centrale associés de profiter pleinement des nombreux avantages offerts. »

 

Les mesures du volet commercial de l’accord vont au-delà de celles prévues par le cadre commercial multilatéral, notamment dans le secteur des services, des marchés publics, de la propriété intellectuelle, du développement durable et des entraves techniques aux échanges. Elles permettront de stimuler le développement de la région, tout en offrant de nouveaux débouchés aux entreprises, aux exportateurs et aux investisseurs européens, affirme la Commission.

 

L'une des caractéristiques essentielles de l’accord est son système de consultation, notamment celui de la société civile, qui permettra un dialogue ouvert sur des questions commerciales spécifiques relevant des différents chapitres de l’accord.  Ce dernier est censé mettre en place « un environnement transparent, non discriminatoire et prévisible pour les entreprises et les investisseurs et prévoit un mécanisme bilatéral de règlement des différends ».

 

L’UE est le deuxième partenaire commercial du Costa Rica et du Salvador.  Les flux commerciaux entre l’UE et le Costa Rica ont constamment augmenté au cours des dix dernières années, atteignant 8,7 mds € en 2012. En 2012, les exportations du Salvador en provenance d’Europe ont atteint 242 mns $ tandis que les importations se situent entre 500 et 600 mns $. Les exportations du Costa Rica se sont montées à 2,06 mds $ alors que les importations représentent 1,23 md $.

 

La même année, les investissements directs étrangers en provenance de l'UE dans ces deux pays ont représenté 400 mns €, principalement dans les secteurs des télécommunications, du tourisme, de l’industrie et des transports.

 

Les exportations du Costa Rica et du Salvador à destination de l’UE consistent essentiellement en produits industriels (micropuces, instruments médicaux et d’optique) ainsi qu'en produits agricoles (café, bananes, ananas, sucre et produits de la pêche).  L’Union exporte principalement des produits pharmaceutiques, de l’huile de pétrole, des voitures et des machines.

 

L’accord d’association entre l’UE et l’Amérique centrale (Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua et Panama) comporte trois piliers — dialogue politique, coopération au développement et commerce.  Ils visent à soutenir la croissance économique, la démocratie et la stabilité politique de l'Amérique centrale.

 

Mais tant que les 28 États membres de l’UE n'auront pas ratifié l'accord, seul le pilier commercial sera appliqué, à titre provisoire. Cela devrait permettre aux entreprises de bénéficier dès maintenant de toutes les préférences commerciales prévues.